En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que des cookies soient utilisés afin d’améliorer votre expérience d’utilisateur et de vous offrir des contenus personnalisés.
En savoir plus et paramétrer les cookies  

HAMBOURG André

Né à Paris le 4 mai 1909, André Hambourg suit les cours de l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs et de l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts. Peintre, dessinateur, lithographe, graveur, céramiste, illustrateur, il expose à Paris dès 1928 à la galerie du Taureau et en 1930 à la Galerie Bénézit. Lauréat du prix de la villa Abd El Tif, il séjourne à Alger de 1933 à 1935 et visite le Sud Algérien. En 1939, il est mobilisé au Maroc puis démobilisé. En 1943, il est affecté à Alger et collabore au journal « Combattant 43 ».
Correspondant de guerre, il suit en 1944-45 les campagnes de France et d’Allemagne. En 1945, il expose ses œuvres de guerre à la galerie de Berri. En 1952, il est nommé peintre de la Marine et participe à de nombreuses missions à bord des bâtiments de la Marine Nationale (ceci jusqu’en 1985). En 1961, il choisit Paul Pétridès comme marchand. Des années 1957 aux années 1972, il séjourne ou effectue des voyages, successivement à Venise, au Maroc, en U.R.S.S., en Israël, en Grande-Bretagne, au Sénégal, en Côte d’Ivoire, etc…, sans compter ses missions autour du monde en tant que peintre de la Marine. Par la suite, il continue à exposer en France et à l’étranger, en particulier aux Etats-Unis. Ses œuvres comprennent de grandes décorations de bâtiments publics et de navires, des mosaïques, des peintures, des pastels, des gravures dont certaines sont exposées au Musée de Trouville et au Musée Eugène Boudin de Honfleur. Il a illustré de nombreuses œuvres littéraires parmi lesquelles « La Rose de sable » d’Henry de Montherlant, « L’Altana ou La Vie vénitienne » d’Henri de Régnier, « Terre d’amour et de feu » de Joseph Kessel, « Lumières de Honfleur » de Lucie Delarue-Mardrus, « Œuvres Posthumes » d’Albert Camus, « Carnet de Venise » de Robert Parienté…
Ce peintre, reconnu et apprécié, ce peintre de la Marine qui a couru toutes les mers du globe, avait, outre Paris, deux ports d’attache : la Normandie, et plus spécialement Honfleur et Trouville, et la Provence où il avait fait construire une maison sur le terrain même où Cézanne peignait la montagne Sainte-Victoire qui domine la plaine d’Aix-en-Provence.
Sa peinture respire la joie de vivre et les nombreux personnages sont, comme l’était l’artiste lui-même, toujours en mouvement. Ses plages de Trouville Deauville ont fait sa renommée dans le sillage d’Eugène Boudin mais les toiles de sa jeunesse, exposées juste après sa mort aux Greniers à Sel de Honfleur, confirment la puissance et le talent de l’artiste, tout comme sa rétrospective du Musée de la Marine fin 2006.
André Hambourg s’est intéressé très tôt à l’art du livre et à la gravure : dès 1932, il illustrait son premier livre avec cette technique.
Il pratiqua régulièrement la lithographie soit pour illustrer des livres soit pour des planches indépendantes.
André Hambourg est mort le 4 décembre 1999. Commandeur de la légion d’honneur, Croix de guerre 1939-1945, il est l’auteur de « Berchtesgaden Party » édité par l’Atelier G.Duval en 1947.