ARMANBronze-88-100-Violon-coupe-IV

Ce qu’aime Michel Estades :

Arman est un artiste protéiforme, peintre, plasticien, et sculpteur renommé pour ses « Accumulations ». Il fut l’un des premiers à employer directement, comme matière picturale, les objets manufacturés, répondant ainsi à l’émergence du Pop Art à travers sa propre critique de la consommation et de la production de masse.

BIOGRAPHIE :

Arman, né Armand Fernandez, découvre l’art très tôt. Son père, antiquaire, amateur d’art et de musique, lui fait découvrir dés son plus jeune âge la peinture et le violon. Elève brillant, Arman commence à peindre à 10 ans, et se passionne également pour les échecs. C’est tout naturellement qu’il intègre en 1946 l’école des Arts décoratifs de Nice, ville dont il est originaire. Puis sa passion pour la philosophie et les arts d’Extrême-Orient l’oriente vers l’Ecole du Louvre en 1949-1950. A 19 ans, il rencontre Yves Klein (connu pour ses monochromes bleus) et Claude Pascal. Les 3 amis forment le groupe Triangle : ils sont peintres et signent leurs toiles par leurs seuls prénoms, en hommage à Vincent Van Gogh. Arman signera donc dans un premier temps « Armand ». En 1958, à l’occasion d’une exposition, une erreur d’impression se glisse sur le carton d’invitation : « Armand » s’écrit sans « d ». C’est de cette coquille qu’Arman tirera son nom d’artiste.
Influencé par les oeuvres de Kurt Schwitters et de Jackson Pollock, il pratique la technique du tampon et expose ses premiers « Cachets » à Paris en 1956. En 1959, la carrière d’Arman connaît une orientation majeure avec ses premières sculptures. Apparaissent alors les « Accumulations » monumentales qui le rendront célèbre. L’artiste se définit lui-même comme un « montreur d’objets », qu’il collectionne et affectionne depuis sa plus tendre enfance. Il s’agit le plus souvent d’objets fondus dans du plexiglas : haches, violons, ou même voitures. A cette époque, il réfléchit également au concept de déchets, symbole de la société de consommation, et crée les premières « Poubelles », boîtes transparentes contenant des détritus.
En 1960, Arman fonde avec, entre autres grands noms, Yves Klein, César, Nikki de Saint Phalle et Christo, le groupe des Nouveaux Réalistes qui prône l’utilisation de matériaux de récupération. Dés 1961, il est exposé à New-York, et dans toute l’Europe. En 1972, il devient citoyen américain, tout en gardant la nationalité française. Dans les années 1980, il investit les espaces publics de prés d’une centaine de villes dans le monde par la réalisation d’œuvres monumentales. Il fait ériger de gigantesques tours-monuments urbaines, des violons, des voitures, ou des horloges comme celle de la Gare Saint Lazare à Paris. Ses œuvres sont présentées dans les 90 plus grands musées du monde. Il est exposé en permanence depuis les années 2000 sur les 4 sites de la Galerie Estades, à Paris, Lyon, Toulon, et Baden-Baden (Allemagne).

Voir quelques exemples d’œuvres de ARMAN disponibles à la vente


Voir les Sculpteurs et Art Monumental exposés par la Galerie Estades

ARMAN
Né(e) en novembre 1928
Décédé(e) en octobre 2005
France

Vous souhaitez acquérir
une œuvre de cet artiste ?