Mathieu-Rado-II-huile-sur-toile

Ce qu’aime Michel Estades :

Profondément convaincu que l’artiste ne doit pas rester dans sa tour d’ivoire, Georges Mathieu est un artiste engagé, définitivement convaincu du rôle primordial de l’éducation dans la société. Il a inauguré une nouvelle esthétique, l’Abstraction Lyrique, un mouvement dénué de toute contrainte et affranchi des codes artistiques classiques.

BIOGRAPHIE :

Georges Mathieu est né à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais). Il suit des études de Lettres, de Droit et de Philosophie à l’Université de Lille, au terme desquelles il obtient une licence d’anglais en 1941. Il réalise ses premières peintures à l’huile en 1942. Il exerce pendant quelques années le métier de professeur (Professeur d’anglais au lycée de Douai en 1943, puis Professeur de français à l’Université Américaine de Biarritz en 1945) avant de se lancer dans une carrière artistique. Il est le premier en France à réagir violemment contre l’abstraction géométrique et organise, dès 1947, une série de manifestations en faveur d’un art libéré de toutes les contraintes et habitudes classiques qu’il nomme « l’Abstraction Lyrique », et dont il se fait le promoteur. Il expose trois œuvres au Salon des Réalités nouvelles de 1947, déclarant, tel un manifeste : « La liberté, c’est le vide.  » La même année il est promu directeur des relations publiques de la compagnie américaine United States Lines à Paris.
Dès 1950, il réalise ses premières peintures tachistes et commence à associer à ses peintures des titres inspirés de l’histoire de France. Le tachisme fait référence aux toiles au milieu desquelles trônent des tâches générées par des projections et des éclaboussures. Il s’agit de les déposer sans objectif précis, et de les laisser évoluer à leur gré. Georges Mathieu n’utilise aucun outil. S’affranchissant définitivement de la technique, il peint directement au moyen de tubes de couleurs. Il réalise également des sculptures monumentales dont l’un des principaux témoignages est celui du complexe sportif de Neuilly. En 1985, il opère un ultime tournant dans sa peinture, en s’affranchissant de la forme centrale, ultime vestige des règles classiques de l’art. Désormais, c’est la toile entière qui est prise d’assaut par les formes.
A partir de 1962, persuadé de la nécessité de créer des harmonies plus heureuses entre l’homme et son milieu, il crée de nouvelles formes de meubles, établit les plans d’une usine à Fontenay-le-Comte, et crée la nouvelle pièce de 10 francs. Dès 1964, Georges Mathieu se lance dans une croisade en faveur d’une éducation qui mettrait plus l’accent sur la sensibilité. Qualifié par Malraux de « calligraphe occidental  » il se confronte à la tradition nippone lors d’un séjour au Japon en 1957, où il rencontre un accueil triomphal. Les voyages s’enchaînent ensuite en Europe, aux Etats-Unis, au Brésil, en Argentine, au Liban, en Israël, et au Canada. Il est possible d’admirer son œuvre dans plus de 79 musées et collections publiques. Georges Mathieu est exposé en permanence depuis 2005 sur les 4 sites de la Galerie Estades, à Paris, Lyon, Toulon, et Baden-Baden (Allemagne).

Voir quelques exemples d’œuvres de Georges MATHIEU disponibles à la vente


Voir les Grands Maîtres exposés par la Galerie Estades

Georges MATHIEU
Né(e) en janvier 1921
Décédé(e) en juin 2012
France

Vous souhaitez acquérir
une œuvre de cet artiste ?