Cocteau-Le-genie-des-bois-Ceramique

Ce qu’aime Michel Estades :

Peintre, sculpteur, céramiste, cinéaste, poète,… il est bien difficile de résumer la vie de Jean Cocteau en quelques lignes. Au faîte de sa gloire dans l’entre-deux-guerres, qui sera pour lui une période d’intense créativité, il ne cessera ensuite d’expérimenter de nouvelles aventures artistiques.

BIOGRAPHIE :

Issu d’une famille de la grande bourgeoisie parisienne, Jean Cocteau voit le jour à Maisons-Laffitte. Il est âgé de seulement 9 ans lorsque son père se suicide. Sa mère élèvera alors seule ce garçon qui lui vouera toute son admiration. Dès 1909, il publie ses premiers poèmes. Très vite, cet esthète au tempérament de dandy devient une des figures à la mode du Tout-Paris et des salons fréquentés par la comtesse de Noailles et Marcel Proust. En 1913, la création par Diaghilev du “Sacre du Printemps“ de Stravinski est pour lui une véritable révélation, qui influencera l’ensemble de son œuvre protéiforme. Plus tard, engagé comme ambulancier pendant la Première Guerre mondiale, il se lie d’amitié avec Apollinaire. La période de l’entre-deux-guerres sera, pour Jean Cocteau, placée sous le signe de l’avant-garde. Il collabore alors avec des musiciens tels Érik Satie (“Parade“ – 1917) et Darius Milhaud, comme avec des peintres célèbres.

Né virtuose, artiste doté de multiples talents, Jean Cocteau n’a cessé de revisiter le monde qui l’entoure avec son regard d’éternel adolescent. Il témoigne dans son écriture d’une égale curiosité, s’essayant à la poésie d’inspiration futuriste, dadaïste ou cubiste : “Le Cap de Bonne Espérance“ (1919), et au roman poétique : “Le Potomac“ (1919), “Thomas l’imposteur“ (1923), “Les Enfants terribles“ (1929). Il occupe également une place prépondérante dans le théâtre : “Les Mariés de la tour Eiffel“ (1924), “La Voix humaine“ (1930), “La Machine infernale“ (1934), et dans le cinéma avec des films et des scénarios marquants : “Le Sang d’un poète“ (1930), “L’Éternel retour“ (1943), “La Belle et la Bête“ (1945), “Orphée“ (1950).

Commandeur de la Légion d’honneur, académicien, poète, chorégraphe. Il convient d’ajouter encore à la palette variée de ses talents celui de dessinateur et de peintre. On lui doit, outre des albums, la décoration des chapelles de Villefranche-sur-Mer et de Milly-la-Forêt. La céramique marqua l’œuvre de ce touche-à-tout génial et inclassable. Ses principales sources d’inspiration sont la mythologie, le rêve et l’érotisme. Quand on l’interrogeait sur son intérêt pour la poterie et la céramique, il répondait : « La poterie m’a sauvé la vie! Elle m’évite d’utiliser l’encre qui est devenue trop dangereuse car tout ce que l’on écrit est systématiquement déformé par ceux qui le lisent ». Ses œuvres sont exposées en permanence depuis 1990 sur les 4 sites de la Galerie Estades, à Paris, Lyon, Toulon, et Baden-Baden (Allemagne).

Voir quelques exemples d’œuvres de Jean COCTEAU disponibles à la vente


Voir les Grands Maîtres exposés par la Galerie Estades

Jean COCTEAU
Né(e) en juillet 1889
Décédé(e) en octobre 1963
France

Vous souhaitez acquérir
une œuvre de cet artiste ?